• Tamaragua

Los Pipitos, leur structure

Il est mardi 6 aout 2019, 09:00, ma première rencontre avec la grande famille de “Los Pipitos” a lieu.

Rosa Romero, sous-directrice executive de Los Pipitos, communément appelée “Rosita” nous reçoit moi et Mila Incer, coordinatrice pour la coopération Suisse- Nicaragua.

Afin d’articuler de manière optimale le projet il est important de comprendre le fonctionnement de cette association qui touche plus de 1900 enfants à travers le pays entier.

Premièrement il est nécessaire de savoir que la mission de l’association est de sensibiliser et d’éduquer les familles, les communauté, les instances de l’état, de promouvoir les droits humains des personnes avec une déficience dans le but d’améliorer le développement intégral de leurs enfants en situation de handicap pour une meilleure qualité de vie.

Tamara Strasser, au fond Mila Incer, à droite Rosa Romero

“La Sede” = Le Bureau central

Ce batiment, où je travaille, ce trouve dans le quartier la Bolonia à Managua. Le personnel coordone tous les projets qui ont lieu dans le territoire. C’est ici le point de contact avec les organisations internationales, le ministère de santé, le ministère de l’éducation et le plus important les responsables des régions qui sont en contact direct avec les familles.

Le “secretariat executif” est constitué d’employés qui implémentent le mandat transmi par le comité national de direction (qui sont bénévoles).

Je ne vais pas détailler les unités qui ne nous intéresent pas comme la comptabilité, ressource humaine, communication, etc. Ce qu’il faut retenir c’est qu’il s’agit d’une grande organisation bien structurée qui réussit, même en période de crise économique à engager du personnel!

Parlons tout d’abbord de l’IMPP et de la UAT

IMPP: Instituto Médico-Pedagógico los Pipitos

C’est un (grand) centre de santé basé à Managua comptant un grand nombre de professionnel qui offre des services, des thérapies et des soins aux enfants en situation de handicap et leur famille.

Ce centre fut créé par l’association pour répondre au manque d’attention et d’action de l’état face au nécessité de ces familles! A l’heure d’aujourd’hui ENCORE si vous naissez avec un enfant présentant une déficience quelconque votre medecin (du ministère de santé) ne va pas pouvoir vour prendre en charge et on va vous diriger vers “los pipitos”. Cela signifie qu’au niveau NATIONAL “Los pipitos” sont une référence au niveau du suivi familial et thérapeutique.

Le point positif: Il y a aujourd’hui des professionnels compétant et formé pour ce type d’accompagnement

Le point négatif: Los Pipitos offrent un service de suivi qui DEVRAIT être pris en charge par l’état, ce qui le désimplique encore plus de la cause.

Il est constitué de 6 Unités qui suivent en moyenne 430 familles :

- Unité d’attention à la famille

- Unité d’évaluation iniciale

- Unité d’éducation précoce (0-6ans)

- Unité d’éducation en âge scolaire (7-13ans)

- Unité d’éducation vocationel, prélaboral et laboral

- Unité de developpement psychomoteur

Les soins des familles qui n’ont pas de sécurité sociale sont pris en charge par l’association ainsi que leur transport à Managua si nécessaire. La famille donne sur place ce qu’elle a les moyens de donner. Certaines vont donner 10 Cordobas (0,30USD) d’autres peut-être 200 Cordobas (6 USD).

UAT: Unidad de Acompañamiento Territorial

Cette unité effectue le lien entre les divers projets existant au niveau national et les familles à travers le pays (dont le sport! Donc c’est mes patrons)

Le pays est partagé en 6 Régions:

- Managua / - Occidente / - Norte

- Segovias / - Central / - Sur

Dans ces régions il y a un nombre variant de “Capitulos” qui sont 83 en total. Un Capitulos c’est un groupe de parents d’enfants en situation de handicap qui se sont réunis. Chaque Capitulos c’est comme une mini association, ils ont leur propre “Juntas muncipales” = un comité. Les plus grands Capitulos ont pu former des “CAVs” – centre d’apprentisage à la vie. Il y en a 38 en total. Donc un CAV c’est un Capitulo mais un Capitulo n’est pas forcement un CAV…. (oui on a tendance à se perdre)

Ces CAVs offrent des services distincts dans le territoire directement. Certains CAVs ont des “maisons de base” au sein de leur Capitulo. Ce sont des lieux (souvent la maison d’un des parents) pour effectuer des services encore plus proche des familles pour éviter les déplacements très difficile. Elles se trouvent soit dans des quartiers pour les villes soit dans des communautés éloignées en campagne.

Point positif: cette structure permet un impact au niveau micro assez important!

Point négatif (ou positif selon le point de vue) : cela demande à la famille de s’impliquer dans le développement de l’enfant et de se battre quotidiennement pour ces droits. La où les familles sont moins actives, les enfants recoivent moins de soins.

Les 83 Capitulos à travers le pays puis les 38 CAVs



CAVs

Ces centres d’apprentissage à la vie permettent avant tout d’avoir une maison / un toit, où les familles peuvent se réunir pour partager leurs expériences, mais aussi pour recevoir diverses formations (cela va du leadership jusqu’aux droits de l’enfant en situation de handicap)!

Ces CAVs offrent des services divers selon le lieu, voici les plus répandus:

- Physiothérapie

- Stimulation précoce de l’enfant

- Renforcement scolaire

- Psychologie

- Language

- Autres (Dance, sport, activtié manuel)

8 CAVs ont transmis effectuer du sport (Mais attention pas tous ne sont recensés!).

Au total 1874 enfants en situation de handicap (relevés) sont suivis dans ces CAVs.

Les CAVS doivent en grande partie s’auto-gérer financièrement. Comment? Là encore cela dépend de CHAQUE CAV. Certains ont contacté directement le ministère de la santé de leur municipalité, ils ont fait pression, et ont permis qu’un physiothérapeute se forme à l’IMPP puis qu’il soit financé par le Ministère de santé pour effectuer 2 matinée de physiothérapie dans un CAV. Tous les CAVs n’ont pas eu ce succès.

Voici quelques photos d'une formation effectuée dans le CAV de Juigalpa sur la thématique de "Mission, valeurs, vision de l'association". Étant du groupe de la région du "centre" des personnes sont venues de la côte des caraïbes : 2h de bateau, 1h de route, 4h de barque, 6h de minibús.... Je vous laisse chercher "El Bluff" sur une carte.

Vous remarquerez qu'avoir des enfants n'est pas un facteur limitant pour pouvoir suivre une formation (à méditer, nous pays "développé")



Dans un prochain article je vous parlerais d’un GUIDE pour les parents afin qu’ils s’arment de meilleures connaissances et d’outils pour le developpement de leur enfant.


Hésitez pas à poser des questions!

+4179 790 77 34

©2019 by Tamara Strasser. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now